[poil à gratter 6] Chrétienté : entre notre rêve et la réalité...

Publié le par Contrerévolution

Le  nom  de  l’association  du  pèlerinage  de  Chartres  est  ND  de  Chrétienté.  Quel  beau  programme ! 

Le  carnet  du  Pèlerin  regorge  de  belles  choses,  comme  « César  lui  aussi  est  soumis  à  Dieu. 

(...)  César  Vous  doit  un  culte  public »  qui  renvoie  clairement  à  Quas  Primas  par  exemple.  Ou 

également :  « Notre  devoir  est  de  nous  engager  pour  que  la  France  redevienne  digne  du  titre 

de "Fille ainée de l'Eglise" », ou encore « il manque un Saint Louis à la tête de la France », etc. 

 

Pourtant,  cette  idée  de  chrétienté  semble  intégrer  également  des  éléments  très  proches 

de  la  "démocratie  chrétienne",  notamment  issus  du  texte  du  Cardinal  Ratzinger  de  2002 

concernant  "l'engagement  des  catholiques  en  politique".  Le  texte  défend  à  plusieurs  reprises  la 

démocratie,  la  liberté  de  conscience,  la  laïcité  dans  un  sens  très  ambigu  (où  la  sphère  morale  ne 

dépend plus de la sphère religieuse), etc. Pour simplifier, ce texte défend le droit de parole de l’Eglise 

et des chrétiens au sein du grand débat démocratique. On est très loin de Quas Primas.   

 

D’où  la  question : Quas  Primas  est-il  encore  la  référence  (difficilement  accessible,  certes, mais  qui 

reste l’objectif ?). La démocratie au sens de la souveraineté populaire est-elle compatible avec l’idée 

de  chrétienté  (et  dans  ce  cas,  quel  définition  donner  à  la  démocratie ?).  En  d’autres  termes,  dans 

cette Chrétienté qui est réclamée, quels seraient les devoirs des chrétiens, quels seraient les devoirs 

des non-chrétiens ? Autre manière de voir les choses : est-il proposé que le « Saint Louis qui manque 

à la tête de la France » vienne des urnes et se maintienne au pouvoir par les urnes ?

Publié dans actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article